Zann Ayiti, à la rencontre de Michel Yveline, médecin et passionnée de l’art

Spread the love

 

Qui a postulé que médecine et art sont solidement liés ? On irait jusqu’à prêter à la médecine un côté tout à fait artistique. Si les études  et la pratique médicales se révèlent être exigeants et chronophages, certains, par passion ou génie arrivent à joindre la science d’Hippocrate à d’autres activités.

Zann Ayiti est une collection d’art, où des boucles d’oreilles et des portefeuilles ont été les premiers éléments produits en 2020. Désormais perçue comme une entreprise Zann Ayiti tend à se faire une bonne place dans le milieu entrepreneurial artistique et ce sous la houlette du  Dr Yveline Michel.

Yveline Michel est un jeune médecin de 27 ans, résident en service social à Port-au-Prince, ayant manifesté très tôt son penchant pour le théâtre, elle a eu à œuvrer au sein de la troupe Orchidée à la faculté de médecine de l’Université d’Etat d’Haïti. Polyvalence ou réorientation, la passion artistique d’Yveline Michel  s’illustre désormais dans l’artisanat.

PDG de Zann Ayiti, Yveline Michel nous confie que son entreprise a été conçue dans la fabrication de boucle d’oreilles d’où son appellation. Produisant en grande partie des boucles d’oreilles, la nouvelle collection de Zann Ayiti est faite essentiellement d’accessoires féminins (pochette).  Autant audacieuse qu’attachée aux valeurs culturelles du pays, Zann Ayiti se donne pour  vision de chercher et d’unifier tout ce qui se ressemble, partager nos culture, valeurs et émotions dans ses productions artisanales, les éléments du terroir, les vendre tant à l’échelle nationale qu’à l’internationale. Une vision qui conditionne l’évolution de la jeune institution.

Les créations de Zann Ayiti sont inspirées de différents techniques utilisées en Haïti tant des contextes pédagogiques que dans la vie quotidienne, rattraper les valeurs et acquis traditionnels(les crochets ou tricot). Le design tire son originalité de ces considérations.

De consommatrice à productrice, l’expérience d’Yveliine est marquée par son attachement et son engagement pour la promotion des produits de l’artisanat haïtien. Tout en déplorant la tendance qui préconise l’utilisation accrue des produits étrangers au détriment des artisans haïtiens, elle plaide cependant  pour de meilleures présentations et accessibilité des produits locaux, reconnaissant que l’originalité au même titre que le prix d’un produit est un paramètre incontournable.

Par ailleurs, Yveline Michel reconnait que le milieu artisanal haïtien est bourré de talents, si elle s’identifie facilement dans le lot, elle regrette par contre les instabilités qui handicapent l’évolution de l’artisanat haïtien, situation qui associe une certaine diminution de la participation de la diaspora dans les manifestations culturelles vouées à cet art dans le pays, la diaspora étant un de ses principaux consommateurs et promoteurs.

Une nouvelle collection !

Zann Ayiti a bien signé sa naissance dans le milieu avec la fabrication de boucles d’oreilles, mais aujourd’hui Yveline nous parle de sa nouvelle collection.

«Notre nouvelle collection est faite de pochettes en tissus carabella. C’est un tissu populaire du milieu artisanal haïtien, cependant son utilisation a plutôt été à la faveur des vêtements. Ainsi, en concevant des accessoires  la carabella, c’est toute facon de reproduire cet outil de notre art, lui redonner vie sous une autre forme. Baptisee « Amour spirituel », notre nouvelle collection associe carabella et broderie qui est une technique enfouie dans l’ancienneté de cet art. Dans les initiales, il est facile de déceler le mariage des éléments de notre faune et flore avec un tissu et un design originaux. Cette nouvelle collection vise surtout à offrir à Zann Ayiti sa place de choix dans un secteur riche en talents et en controverses ».

Pour Zann Ayiti, l’avenir est à considérer, enthousiaste et énergique, Yveline Michel nous étale les perspectives d’avenir de son entreprise « Notre principale perspective est le développement de notre propre atelier, condition nécessaire pour l’atteinte de nos objectifs qui sont la fabrication massive de boucle d’oreilles,  afin que tout haïtien indépendamment de sa situation géographique dans le pays puisse avoir la possibilité de porter un produit artisanal local. Nous pensons aussi l’étendre à la diaspora et aux étrangers et l’utilisation des matières plastiques recyclées. Ceci nous permettra non seulement d’aider à la protection de l’environnement mais aussi de donner la chance à des jeunes de pouvoir travailler et de reproduire leurs talents ».

L’art veut être pratiqué, le talent et la volonté voire la passion garantissent sa pratique, brisent les limites et offrent espoir, vie et perspectives. Si Yveline Michel sait user de son stéthoscope, elle soigne aussi à travers l’artisanat, Zann Ayiti étant son principal outil.

 

 

 

About Bead Charlemagne Charlorin

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …