PHTK, une usine de mauvaise production, 10 ans plus tard

Spread the love

Après le séisme du 12 janvier 2010 où Haïti a connu sa plus grosse perte en termes de vies humaines et matériels, l’espoir d’un lendemain meilleur pour le peuple haïtien s’amenuisait petit à petit.

Il a fallu paradoxalement la détermination et la bonne volonté de tout un peuple pour faire face aux dégâts que le séisme a laissé dans son sillage.

Mais à peine sorti d’un désastre, un autre danger sans le savoir fait déjà son apparition: le chanteur Michel Martelly, est en effet élu président et prend fonction le 14 mai 2011, soit un peu plus d’un an après le tremblement de terre.

Le 26 Mai 2011, soit quelques jours après l’investiture du président Michel Joseph Martelly sur la bannière de «Repons Peyizan», il a lancé officiellement le Fonds National de d’Education (FNE), un programme qu’il a enchérit depuis sa campagne de « lekòl Gratis ».

Le FNE en effet sera financé par deux types de taxes : l’un, le 0,05 dollar américain sur chaque appel entrant; et l’autre, le 1,50 dollar américain sur les transferts d’argents entrants et sortants du pays.

Depuis la taxation de la population 360 millions de dollars américains ont été récoltés sur cinq ans, avec 180 millions sur les transferts, et un montant équivalent sur les appels téléphoniques.

Jusqu’ici, rien d’anormal dans la démarche du président si ce n’est le caractère illégal des nouvelles taxes dont se plaint la diaspora haïtienne. Et aussi le gaspillage de ce fond par l’administration Michel martelly. De là, commence la corruption, les dérives, et la mauvaise gouvernance du régime PHTK.

Ce régime est caractérisé par une instabilité doublée de scandales à répétition, d’ agressions verbales et physiques à l’encontre de membres de la presse, et des promesses pharaoniques non tenues.

Jovenel Moise lui, sorti de nulle part est devenu en un rien de temps le président le plus décrié par la majorité de la population haïtienne. Son administration corrompue fait plus de mal au pays que le séisme du 12 janvier 2010.

Corruption, dilapidation des fonds du Petrocaribe, implication dans des massacres, kidnappings, des promesses farfelues constituent entre autres la gouvernance du poulain de Michel Martelly.

Suite à son implication dans des détournements de fonds dont les enquêtes n’ont jamais pu aboutir, le président décide de faire de ses acolytes des millionnaires tout en leur procurant une immunité juridique à travers des postes bien placées.

Quoique son nom est cité dans le massacre perpétré contre les habitants de la Saline et que des anciens membres de son administration Fednel Monchery, Pierre Richard Duplan et Jimmy Cherizier alias Barbecue, ont été sanctionnés par les américains, ceux-ci en toute impunité fonctionnent sans être inquiétés.

Les torts du régime PHTK restera une séquelle que la nation haïtienne aura a surmonté jusqu’en 2041. L’argent qui était destiné à la relance économique du pays a été en grande majorité dilapidé par le régime PHTK. Sous ce régime une majorité de l’élite intellectuelle du pays a été méprisée puis assassinée moralement et physiquement.

La fin du régime est imminente même si le président Jovenel Moise n’entend pas partir en février 2021, mais plutôt en 2022. Alors espère t-il en finir avec le peu qui reste du peuple haïtien ? Ou veut-il préparer le chemin d’un autre cinquième année de PHTK avec le retour de son patron Michel Martelly, grâce à la mise en place de son Conseil Electoral Provisoir avec pour mission de pérenniser le régime PHTK au pouvoir?

About admin

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …