Lettre ouverte à monsieur Claude Joseph chef du gouvernement démissionnaire

Spread the love

Monsieur le Chef du Gouvernement démissionnaire,

J’ai dans mon réseau des gens qui vous sont proches et j’espère qu’ils auront le courage de vous transmettre ce message sincère. J’autorise évidement mes nombreux amis journalistes qui me suivent à utiliser ce post comme bon leur semble mais en me citant svp !!!

M. Le prémier Ministre démissionnaire, à votre nomination surprenante il y a quelques mois comme ministre des affaires étrangères, j’avais pourtant applaudi car vous colliez à l’image d’un homme intelligent. Je pensais que vous alliez redémarrer notre diplomatie étant un jeune intellectuel comme on le prétend souvent. J’avais même cru que vous vous engageriez vraiment dans la lutte pour l’intégration de la Jeunesse au sein du couloir de l’administration publique.

Ai-je à vous le rappeler que c’est par la petite porte que vous aviez été choisi comme chef de gouvernement par intérim pour continuer un sal boulot.

Brusquement vous vous sentez trop confortable à coté de Jovenel Moïse dans ses dérives. Aujourd’hui malgré qu’on ait l’impression que le président est mort pour ses excès de zèle, puis à un moment où le pays traverse une période de fragilité politique, sécuritaire, sociale et économique, qu’est ce qu’on voit circuler sur Facebook à coups de sponsorisation : “Dr Claude Joseph le prochain président de la République”. Des textes, loin d’être conçus techniquement par des jeunes amateurs, dénigrant, soit les acteurs de certains partis politiques.

Ces textes ne font que confirmer que la guerre à la succession a bien commencé et surtout que tous les moyens sont bons pour atomiser l’adversaire.

M. le Premier Ministre démissionnaire, aujourd’hui l’ego alimenté par vos entourages cupides, a fait éclater au grand jour votre seul dessein au détriment de tout un pays : chef de gouvernement, vous ambitionnez de devenir coûte que coûte Président. C’est légitime mais étonnant à ce stade alors qu’il y a tant de choses à faire concrètement pour le pays; ce qui signifie qu’au lieu d’aspirer à diriger, vous aspirez à hypothéquer votre carrière… Si je peux créditer à votre action certaines réussites conjoncturelles, je ne peux que regretter le reste. Aujourd’hui l’État est très faible… Tout le monde le constate!

Dois-je vous rappeler que vous montrez que vous êtes l’un des responsables de la mort du président? Votre dernier discours à la Nation (COUP d’ÉTAT/ ASSASSINAT) n’en dit long sur la crise actuelle du pays. Au lieu de résoudre les problèmes du peuple, vous lui ramenez plus de problèmes d’un pays en souffrance perpétuelle.

M.le Premier Ministre, pourriez vous me citer une seule phrase factuelle de votre discours? Vous nous enchaînez banalités sur banalités, aucune position claire, vous ne répondez pas aux questions, vous restez dans le flou total et pire que tout, vous nous enchaînez des phrases hors sol qui pourraient être utilisées par tout le monde et qui ne relient en rien vos paroles aux enjeux de la crise.

Quels étaient les objectifs de cette intervention ?

Je vais vous dire que moi encore une fois que je suis un professionnel dont le métier est d’analyser les signaux faibles pour en tirer des prospectives et des stratégies. Cette interview fait partie de ces signaux faibles qui trahissent une mentalité, un État d’esprit, une gouvernance et surtout un état de fait !!!

Monsieur le Chef du Gouvernement démissionnaire, s’il vous reste encore une fibre patriotique, puis-je me permettre de vous suggérer de démissionner de votre fonction? Car vous n’êtes pas l’homme du moment, qui peut sortir notre pays au bord du ravin. Comme je proposais au président Jovenel Moïse, “je vous invite à accepter que vous avez échoué avec le gouvernement Moïse/Jouthe, et vous devriez faire un geste historique M. le chef du gouvernement a.i, pour ne pas connaître le même sort que l’ancien premier ministre Ivon Neptune en 2004, il me semble que ce temps soit maintenant ou jamais. Vous avez encore le temps de faire le bon choix pour tous : pensez – y !: en signant un accord politique dans l’intérêt du pays autour de votre démission, avec le premier ministre nommé Dr Ariel Henri et le Sénateur Joseph Lambert ainsi que tous les autres secteurs de la vie nationale les jeunes en particulier. Pour faciliter un franc dialogue ou conférence nationale, qui accouchera un GOUVERNEMENT DE SALUT PUBLIQUE, porteur du fanion d’un rêve ambitieux capable d’organiser les prochaines joutes électorales dans un temps record. Sinon, semaine après semaine, nous ratons occasion après occasion permettant de tracer une ligne claire vers la lumière qui sortirait notre si beau peuple de la misère.

Cela vous permettra de vous lancer plus honnêtement dans une course à la présidentielle si vous souhaitez être président d’Haïti.

Ainsi, en cessant d’utiliser les moyens de l’Etat à votre dessein personnel.

Puisque vous n’avez été nommé que par le bon vouloir du défunt envers qui vous n’ête plus reconnaissant. Vous êtes aujourd’hui en grande partie responsable de la paralysie d’une sortie de crise. Si la trahison et l’ingratitude sont les règles en matière politique, une jeune démocratie aurait pu modifier la donne et présenterait un contre exemple.

Une utopie me diriez-vous.

Je sais que vous êtes partant mais vous devriez choisir le moment propice pour ne pas compromettre l’intérêt supérieur de la Nation au bord de ce chaos.

Dans cette optique, il est plus que recommandé de vous écarter sans tarder du pouvoir si vous espérez y revenir un jour. Ce jour là, je ne pense pas que trouveriez-vous à nouveau le soutien contre-nature de la classe politique haïtienne

En espérant que ces lignes vous aident à prendre conscience de la gravité de la situation, je vous prie de croire, Monsieur le Chef du Gouvernement démissionnaire, en l’expression de ma haute considération.

 

Signé :

Honel Adrien

Secrétaire général

Parti Politique Peyi-Ya

About admin

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …