Les remous de l’actualité de cette fin de semaine

Spread the love

                                        

Jovenel Moïse ne compte pas quitter le pouvoir  avant le 7 février  2022

À l’occasion de la commémoration de la 217e année de l’independance du pays,  Jovenel Moïse renouvelle sa volonté  de rester au pouvoir jusqu’à 7 février 2022. Il définit trois priorités pour l’ année 2021 :  l’organisation des élections, la  réforme constitutionnelle, et l’électrification du pays. Il compte sur la police nationale et l’armée d’Haïti  pour établir un climat sécuritaire dans le pays.

Haïti-Insécurité

Un jeune homme connu sous le nom de Zendenn a mis fin à la vie d’une jeune fille dans la nuit du 31 décembre 2020, dans la zone de Canapert. La victime a rendu l’âme après avoir reçu des coups du meurtrier. Cet incident s’est arrivé après que la jeune fille avait refusé de continuer sa relation sentimentale avec le jeune homme. Tout suite après le crime, les parents de l’assassin l’ont conduit à la DCPJ.

Haïti- Impunité.

Le puissant chef de gang du groupe G9, Jimmy Chérisier distribue de la soupe au giraumond à l’occasion de la fête traditionnelle du nouvel an. Dans une photo qui circule sur les réseaux sociaux, on voit le chef de gang qui distribue en toute quiétude de la soupe dans son fief à Delmas 6. Il faut rappeler que Jimmy Chérisier faisait l’objet d’un avis de recherche  par la police nationale depuis environ deux ans.

Haïti- viol sur mineure

Mesga Chaumette,le  vice délégué de la commune  de Beaumont, située dans la Grand-Anse,  est accusé de viol contre une mineure de 14 ans. Selon les informations recueillies l’Office de la Protection du Citoyen a déjà entamé une enquête en vue d’accompagner la victime dans les suivis judiciaires. Il faut souligner que depuis un certain temps,  les actes de viol sur mineures sont très répandus dans le département de la Grand-Anse.

La crise du carburant persiste en Haïti

Depuis la fin de l’année 2020, il y a une pénurie de carburant dans les pompes à essence. Certaines sont fermées et d’autres recoivent une file d’attente incroyable qui se bouscule attendant de trouver le carburant. D’un autre côté, le marché noir se poursuit avec des gens qui en avaient  suffisamment pour revendre. La dernière note de la BMAP faisant croire qu’une cargaison était déjà arrivée au pays semble n’est pas rassurante, puisque les gens se bousculent jusqu’à cet après midi dans les pompes à essence.

La BSAP et la PNH , deux corps armés qui ne s’accordent pas

Depuis toujours, la création du BSAP suscite pas mal de grogne au sein de la population. Certains disent qu’ils ne sont pas payés, l’inscription coûte cher, les agents doivent acheter leurs propres armes et équipements. Si au mois de décembre des agents de la BSAP avaient désarmés et pris une forte somme entre les mains des agents de la garde du palais nationale, cette fois-ci,  ce week-end ce sont des policiers qui ont tué 3 agents de BSAP dans la commune de Croix-des-Bouquets. Le responsable de la BSAP, Jeantel Joseph apporte un démenti formel contre l’information faisant croire que ce sont des agents qui sont tués par la police nationale.  Il rappelle que tous les agents de la BSAP avait reçu l’ordre de rester dans leur base  selon les dernières consignes.

Les kidnappeurs ne sont pas en fête

L’inspecteur de police Wilner Séraphin a été enlevé ce dimanche 03 janvier 2021, à la rue Pavé, au centre ville de la capitale. Une somme de 1 million de dollars serait réclamé par les kidnappeurs pour libérer l’inspecteur de police. Même les autorités chargées de la sécurité du pays ne sont pas à l’abri de cette vague insécurité qui persiste jusqu’en 2021. Si certaines personnes se laissent emporter les fêtes du nouvel an, mais les kidnappeurs, pour leur part s’occupent de leurs propres affaires.

                                                                                            Jacki Valérice