Le RNDDH, Nou pap dòmi, Kay Fanm… appellent les Nations-Unies à lâcher président Moïse

Spread the love

De plus en plus le président Jovenel Moïse est critiqué pour sa gouvernance et ses décisions qui, au regard de ces Organisations de droits humains, de femmes, de luttes contre la corruption et de la société civile sont en désaccord avec la constitution.

Au moment où la classe politique invite le président à partir ce dimanche, 12 Organisations dans une lettre adressée à la Représentante du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti, Mme Helen Meagher La Lime tout en se référant aux articles 134.2 de la constitution et 239 du Décret électoral du 2 mars 2015 appellent les Nations Unies à ne pas « soutenir le président Jovenel Moïse dans ses projets anti-démocratiques.»

Ces Organisations dans cette lettre attirent l’attention du RSSG en Haïti sur l’irrégularité du processus électoral,  la dislocation du processus de l’État de droit, la situation sécuritaire du pays et les massacres dans les quartiers défavorisés,  et enfin sur la fin du mandat constitutionnel présidentiel.

S’agissant de la fin du mandat constitutionnel du président Jovenel Moïse,  ces Organisations se basent sur  les articles 134.2 de la constitution et 239 du Décret électoral du 2 mars 2015 pour appeler le Chef de l’État à laisser le pouvoir le 7 février prochain.

Pour l’Ensemble contre la Corruption ( ECC), et le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme ( CARDH), les décisions de l’Administration  Moïse /Jouthe d’organiser un référendum constitutionnel et des élections sont incompatibles avec les prescrits de la loi pour cette  raison: « l’actuel Conseil électoral et provisoire ( CEP) a été institué le 18 septembre 2020 en violation de l’article 289 de la constitution haïtienne avec, de surcroît, pour mission de la changer par voie référendaire, ce qui est prohibé aux termes de l’article 284-3.»

C’est pour cela qu’elles s’étonnent de voir que le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti ( BINUH ) soutient ce processus d’anéantissement des acquis démocratiques du peuple haïtien.

En effet, ces Organisations dont le Conseil haïtien des acteurs non-Étatiques ( CONHANE), la Commission épiscopale nationale justice et paix ( CE-JILAP), estiment que le communiqué du 27 janvier 2021 du Binuh confirmant la signature d’un contrat par lequel les Nations Unies entendent apporter une assistance technique… au processus électoral est contraire au mandat du Binuh,  selon la résolution 2476.

Plutôt que de s’allier à des actions anti-démocratiques du pouvoir cette résolution sert en effet  à renforcer les Institutions et le processus de l’État de droit, rappellent ces organisations au RSSG en Haïti.

Outre la classe politique , Solidarite fanm ayisyèn ( SOFA), Sant Karl Levèque ( SKL) , la Plateforme des Organisations haïtiennes des droits humains ( POHDH) , interpellent aussi la Représentante spéciale sur la violation des articles 85 et 150 de la constitution par le Président de la République Jovenel Moïse. Selon elles, le président Moïse s’érige en maître de la République tout en critiquant le Binuh qui s’est tu sur ces nombreuses dérives de l’administration Jovenel Moïse,«  lui assurant par-là un appui indéfectible. »

Concernant la situation sécuritaire du pays, Programme pour une alternative de Justice ( PAJ), et le Centre de recherche et de formation économique et sociale pour le développement ( CRESFED) estiment que celle-ci demeure « préoccupante .»

« Depuis 2020, les gangs armés faisant partie de la coalition G-9 An fanmi et alliés et bénéficiant de la protection du pouvoir s’adonnent au kidnapping» , déplore ces organisations dans cette  note qui porte la signature de Maître Marie Rosy Kesner Auguste, responsable de programme du Réseau national de défense des droits humains ( RNDDH), et d’Edouard Paultre , Secrétaire exécutif ECC.

About Ralph Thierry Cadet

Check Also

« Akò Lari A » : Révérend Rudy LAURENT, le seul habilité à signer au nom de la Coordination

Spread the loveLa Coordination générale de « Akò Lari A » s’empresse de porter à la connaissance …