La crise actuelle est plus grave que celle de 2004, selon Juan Gabriel Valdés

Spread the love

Juan Gabriel Valdés qui est un ancien représentant des Nations Unis en Haïti propose une sortie de crise en Haïti

« L’Etat haïtien a pratiquement disparu. Ses Institutions, toujours faibles dans le passé, se sont effondrées devant le caractère autocratique d’un pouvoir exécutif qui n’a pas hésité à violer systématiquement la CONSTITUTION pour accumuler le pouvoir », Selon les écrire de monsieur Valdés.

Plus loin, il souligne que l’urbanisation des quartiers de Port-au-Prince plonge des millions haïtiens dans la pauvreté et à la merci des gangs armés: « l’existence de bandes armées qui vivent des enlèvements de personnes. La police manque de préparation suffisante et le soutien du gouvernement n’a pas été clair ».

L’ancien représentant des Nations-Unis pensent que les hautes sphères publiques ou privées ont un certain degré de complicité avec les enlèvements. De plus, comme cela a été prouvé par le passé, les ravisseurs ne viennent pas uniquement des bidonvilles et peuvent constituer des entreprises rentables. Le drame est que cette se développe sans aucune retenue de la part d’aucune autorité. Après avoir écrasé les autres pouvoirs publics, le seul qui reste est le pouvoir de Jovenel Moïse; mais, en même temps, tout ce qu’il fait manque de légitimité.

Dans ses propos Monsieur Valdés relate qu’Après avoir résisté aux manifestations, et dans un contexte où il se sent soutenu par les organisations internationales et le silence de la nouvelle administration à Washington, Jovenel Moise continue de faire avancer un projet autocratique avec un plébiscite sur une réforme constitutionnelle qui n’en a pas la moindre possibilité d’être considérée comme légitime, ainsi que des élections organisées sous son mandat.

La fameuse < fatigue Haïtienne> est manifeste dans la Communauté Internationale, mais en Haïti, l’intervention internationale est très fatiguée. La crise actuelle est plus grande que celle de 2004, qui a provoqué le début de la MINUSTAH.

Monsieur Valdès a pris position très clair que la Communauté internationale n’a d’autres choix que de souligner clairement l’illégitimité et l’incapacité du gouvernement actuel à résoudre une crise qui dissout progressivement, tout semblant de société, cela implique de facilité une sortie de crise par un Gouvernement de transition. Jovenel Moïse est dans l’incapacité de diriger le pays.

About admin

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …