Joseph Lambert apporte des précisions autour du rôle du Sénat dans la conjoncture actuelle

Spread the love

Lors de son passage à l’émission le Point sur la Radio et Télévision Métropole, le nouveau président du Sénat, Joseph Lambert, a fait le point sur le rôle du sénat dans la conjoncture politique actuelle où l’opposition haïtienne ne cesse de réclamer le départ du président Jovenel Moïse le 7 février prochain.

Le sénateur croit que le sénat tout comme les deux autres pouvoirs est bel et bien capable d’exercer la souveraineté nationale contrairement aux idées reçues.

Le sénateur Joseph Lambert qui selon l’opinion publique voulait répéter l’expérience de Jocelerme Privert en devenant un président issu de la transition, fait appel au dialogue en vue d’un accord politique pour sortir le pays de ce marasme économique, social et politique.

Le parlementaire estime qu’un débat autour de l’échéance présidentielle entre le 7 Février 2021 et le 7 Février 2022 est inutile. « 7 Février 2021 ou 7 Février 2022, pour quoi faire? », se demande-t-il? « Ce genre de débat est pénible pour la démocratie haïtienne », a-t-il précisé.

Plus loin, l’élu du Sud-Est se prononce en faveur d’un grand dialogue national pour éviter le chaos dans le pays. Il s’offre comme médiateur dans ce dialogue entre l’opposition « plurielle » et le pouvoir en place et où  » Haiti doit être au cœur des débats. »

S’agissant des décrets publiés par l’exécutif, le Sénateur Lambert voit dans certains de ces décrets de l’informalité constitutionnelle en atteste la formation du Conseil électoral provisoire ( CEP), et aussi la volonté manifestée par le président pour organiser un référendum constitutionnel.

Concernant la date de l’échéance présidentielle le 7 Février 2021, Joseph Lambert, croit que le président à l’instar de son tweet publié le 13 janvier 2020 pour constater la caducité du parlement peut aussi utiliser le même procédé pour constater la fin de son mandat ce 7 Février 2021. Toutefois, le Président du Grand Corps s’est gardé de se prononcer sur une date exacte marquant la fin du mandat du Chef de l’État.

Par ailleurs, Lambert reconnaît que le parlement est dysfonctionnel, mais rappelle aussi que l’ « exécutif (est) bancal ». « Cela prouve certainement que notre démocratie est en danger, et qu’il faut cependant revenir à l’ordre démocratique.

Le parlementaire a, de plus, précisé que l’élection est le seul moyen de revenir dans la démocratie pour que les institutions soient légitimes et jouent correctement leurs rôles. Cependant il refuse que ces élections soient organisées par ce CEP inconstitutionnel pour éviter les scènes de contestations dès le lancement du processus.

Pour finir, le président du sénat a dénoncé la campagne du président de la république en faveur de l’ancien président du sénat Sildor, alors qu’il vient d’être élu président du Grand Corps avec seulement 8 voix sur 8.

About Wallace Elie

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …