Haïti: la société civile, booster de la mobilisation anti-Jovenel

Spread the love

Le président contesté Jovenel Moïse, et son administration, a eu pour son compte ces derniers jours avec le réveil des citoyens qui s’activent pour dénoncer l’insécurité, notamment des enlèvements en cascade dans le pays.

La société civile haïtienne est bien engagée dans la lutte pour un mieux-être à tous dans le pays.

En effet, il était devenu plus qu’urgent pour elle, à travers des groupes organisés, de se faire entendre face à la montée vertigineuse des actes de  kidnappings à Port-au-Prince, et dont elle est la principale victime.

L’implication de l’église, par le biais des Pasteurs Bataille, et Forges, et d’autres groupes organisés, a donné du coup un nouveau souffle à la mobilisation anti-Jovenel dont l’opposition traditionnelle avait du mal a trouvé la bonne formule pour relancer le mouvement contre le pouvoir en place.

Outre les leaders d’organisations, des citoyens commencent aussi peu à peu à sortir leurs têtes de l’eau en exprimant leur opposition à ce régime qui n’a pas su leur satisfaire.

Ce vendredi, le mouvement de dénonciation des actes de kidnappings a continué avec un concert de casseroles, aux environs de midi, dans plusieurs zones de la capitale.

Dimanche 7 mars,  une autre marche contre l’insécurité est annoncée par des organisations de médecins touchées par la mort le 28 février dernier du docteur Pady, à Chemin-des-dalles.

Parallèlement, des rapports peu favorables au pouvoir émis par le réseau national de défense des droits humains( RNDDH ), la Fondation Je Klere, entre autres dénoncent cette machine infernale alimentée par des proches du pouvoir dans l’objectif de créer la terreur.

D’autres initiatives sont prises également pour informer la communauté internationale de la situation délétère du pays.

Des écrivains de la communauté francophone se sont unis , à travers une pétition pour demander à l’OIF de lâcher M. Moïse.

Même si la communauté internationale met le cap sur les élections en Haïti, elle demeure néanmoins réceptive à l’appel de la société civile du pays.

C’est ainsi que le Canada, à travers, son ambassadeur en Haïti, Stuart Savage, affirme que son pays est « à l’écoute de la société civile.»

Pour le diplomate, la protection des droits humains, et la liberté individuelle  sont « un élément clé d’une société démocratique prospère», a-t-il ajouté, dans ce post sur le compte Twitter de l’Ambassade  en date du jeudi 4 mars.

Les États-Unis, par ailleurs, ne disent pas le contraire en affichant sa volonté de soutenir des organisations de la société civile comme le Groupe d’Éducation Économique et Financière( GEEF), dans la promotion de l’éducation financière et la transparence budgétaire du gouvernement.

Par rapport à toute cette mobilisation citoyenne, le gouvernement obligé de réagir, propose des solutions de façades à une situation qui tend à s’empirer.

About Ralph Thierry Cadet

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …