Des dirigeants de pays de la Caraïbes veulent mettre fin à la «violence sexiste»

Spread the love

Réunis autour de la thématique de la violence sur le genre, des responsables gouvernementaux nationaux et régionaux et des dirigeants de la société civile ont discuté ce vendredi de la manière d’utiliser les programmes d’éducation et de développement des jeunes pour mettre fin à la violence sexiste.

En raison de la vulnérabilité des femmes et des fille`s liée à des conditions de vie difficiles, des problèmes d’argent, l’enfermement avec les agresseurs, entre autres, des millions d’entre elles à travers le monde sont victimes de violences.

HWPL, une organisation non gouvernementale affiliée au Conseil économique et social des Nations Unies de concert avec l’International Women’s Peace Group, l’International Peace Youth Group, le HWPL’s Peace Advisory Council et les ambassadeurs publicitaires HWPL ont organisé mardi une Conférence autour du thème : Paix et égalité: mettre fin à la violence basée sur le genre.

L’occasion pour des dirigeants de toute la région de se pencher sur la manière d’utiliser les programmes d’éducation et de développement des jeunes pour mettre fin à la violence sexiste.

La Conférence animée entre autres par Amanda Du-Pont, actrice, mannequin et animatrice de télévision, et Adriana Isaac-Rattan, Présidente du Réseau international de ressources pour les femmes a été émise par Visio-conférence depuis Washington, Capitale fédérale des États-Unis.

« Il y a de l’espoir qu’il y a des choses à espérer» , pense Yvonne Alexander, commissaire adjointe de police à la retraite de la Dominique avant d’ajouter  «J’adore l’idée d’utiliser le terme paix, comme plate-forme pour l’avenir de la façon dont nous éduquons et nous plaidons contre la violence sexiste.»

En effet, selon l’Onu femme 243 millions de jeunes filles et de femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi des violences sexuelles et/ ou physiques de la part d’un partenaire intime au cours de l’année écoulée.

C’est dans ce contexte que la HWPL intervient  particulièrement dans 170 pays à travers le monde, dont Haïti à travers  des programmes pilotes d’éducation à la paix qui, sont actuellement en cours d’expérimentations dans le pays, précisent les dirigeants de l’organisation.

Ont pris part également comme Conférenciers à cette rencontre virtuelle : Jessica Roland, Spécialiste principale pour la paix inclusive du Réseau pour les artisans de la paix religieux et traditionnels, Cynthia Williams , Directrice exécutive de la Commission nationale des femmes du Belize, et Kevin Liverpool, Administrateur de CariMAN à Trinité-et-Tobago.

About admin

Check Also

Wilson Jeudy Président Provisoire d’Haïti, un choix des structures de la société civile et politique

Spread the lovePlusieurs structures de la société civile et politique d’Haïti, dans une pétition, font …